La conservation à la maison : Manipuler ses livres (anciens ou non !)

Qu’ils soient anciens, tout neufs ou à forte valeur sentimentale, vous avez certainement chez vous des livres qui vous sont chers. Pages jaunies, cornées ou coins abîmés, les risques sont nombreux pour les ouvrages.
Aujourd’hui, découvrez quelques conseils simples pour manipuler vos livres et ainsi les préserver le plus longtemps possible.

Tout d’abord… pas de gants !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les gants sont déconseillés dans la plupart des cas ! Porter des gants rend difficile la manipulation et augmente les risques de déchirures, de plis ou de cornage des pages. De plus, les gants en coton blanc sont rarement propres (soyons honnêtes !) et risquent de transporter de la poussière. Leur usage est réservé à des cas très particuliers, comme la présence de moisissures.

La meilleure solution reste de manipuler les livres à mains nues, propres et sèches.
Avant de toucher un livre, il faut donc bien se laver les mains, à l’eau et au savon : cela limite le risque de taches. Un bon séchage est aussi primordial pour éviter de créer des auréoles.

Faites attention aux éventuels vernis qui pourraient laisser des traces, ainsi qu’aux bijoux qui pourraient se prendre dans une déchirure et l’agrandir.

Pour en savoir plus sur les gants, n’hésitez pas à consulter cet article de la BnF.

 

L’usage de gants n’est pas recommandé dans la majeure partie des cas.

L’usage de gants n’est pas recommandé dans la majeure partie des cas.

Où consulter mon livre précieux ?

Clairement, on déconseillera la salle de bains ou le plan de travail de la cuisine ! Le principe est de réduire les risques de taches et d’accident dit « mécanique » (chute, déchirure, etc.) autant que possible.

Le meilleur endroit est donc une surface stable, propre et sèche, éloignée d’une source directe de chaleur et d’humidité.

Sur cette surface, il faut absolument éviter de disposer de la nourriture ou des boissons et, de manière générale, tout ce qui pourrait créer des taches (peinture, stylo encre…). Ne vous dites pas « je ferai attention ». Tous ceux qui ont renversé leur café sur un livre avaient prévu de « faire attention ». Pour plus de sécurité, vous pouvez aussi placer un papier propre (idéalement un buvard) sous votre ouvrage.

Comment manipuler un livre ?

Manipuler un livre en toute sécurité, c’est faire confiance à son intuition et à son bon sens. Vous pensez qu’un endroit a l’air fragile ? Ne le manipulez pas par là. Vous voyez une amorce de déchirure sur un coin de page ? Utilisez l’autre coin pour tourner la page. Néanmoins, on peut dégager quelques règles incontournables.

La première de ces règles est de ne jamais attraper un livre en tirant sur la coiffe. La coiffe, c’est cette partie en haut du dos du livre sur laquelle on a instinctivement envie de tirer pour le faire basculer et l’attraper. Le problème, c’est qu’il s’agit aussi d’une des parties les plus fragiles du livre : résultat, ce sont les endroits les plus souvent abîmés.

Pour attraper un livre, il vaut mieux écarter avec douceur les ouvrages adjacents et le saisir par le milieu du dos, en évitant de le faire glisser sur le rayonnage pour limiter les risques d’abrasion.

 

Il ne faut jamais attraper un livre par la coiffe

Il ne faut jamais attraper un livre par la coiffe

 

Il faut aussi éviter de forcer la reliure. En d’autres termes, si vous sentez que vous devez appuyer pour que le livre soit ouvert, ne le faites pas ! Mieux vaut consulter votre ouvrage en respectant son ouverture naturelle. Des lutrins, sortes de supports, existent pour vous aider à maintenir le livre à ce degré d’ouverture.

Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi, en dépannage, utiliser des tee-shirts propres roulés façon « ranger packing » comme calage ! (voir ici)

 

Lors des manipulations, il faut toujours penser à l’impact de nos gestes sur la reliure

Lors des manipulations, il faut toujours penser à l’impact de nos gestes sur la reliure

 

Enfin, pour marquer une page, utilisez plutôt un marque-page en papier non coloré. Les trombones créent des déformations et les papiers colorés sont souvent moins stables que les papiers blancs.

Que faire si mon livre est endommagé ?

Une déchirure, un plat détaché, deux pages collées… comment réagir dans ces cas-là ? La meilleure solution est de ne rien faire et de prendre conseil auprès d’un spécialiste. Chaque cas est unique et la manière de procéder dépend de multiples facteurs qu’il sera à même d’analyser pour vous proposer le traitement le plus adapté.

Évitez toute réparation improvisée avec des rubans adhésifs, ou un séchage au sèche-cheveux. Un traitement inadapté cause souvent plus de dégâts que le problème initial… La meilleure réaction est souvent de laisser les choses telles quelles et de faire appel à un professionnel.

Vous trouverez très facilement des professionnels de la conservation-restauration de livres sur internet. Le site de la FFCR (Fédération Française des Conservateurs-Restaurateurs) dispose d’un annuaire à jour  et publie la liste des professionnels diplômés.

 

 

Cet article a pour vocation de donner des conseils pour éviter un dommage et ne saurait se substituer à une véritable formation. En cas de dégâts sur un ou plusieurs de vos ouvrages, nous vous invitons à ne pas intervenir vous-même et à contacter un professionnel diplômé. Le musée d’art et d’histoire Paul Eluard ne saurait être tenu responsable de tout dommage ou détérioration liée à l’application de ces conseils.

 

#CultureChezNous #ConfinementMuseeURL #RestezChezVous