zoom sur une oeuvre

Un jour, une œuvre : Oules et coquemars funéraires

Une découverte de fouille

De 1980 à 1990, lors des fouilles menées par l’Unité d’archéologie de la Ville de Saint-Denis à l’emplacement d’un vaste cimetière situé au nord de la basilique, les archéologues ont découvert, dans ou à proximité de sépultures médiévales, de nombreuses poteries entières ou écrasées sur place présentant des perforations réalisées après cuisson.

Des découvertes similaires ont été réalisées dans d’autres secteurs de la ville correspondant à l’emplacement d’anciens cimetières, notamment dans le quartier Saint-Rémy et à l’école Puy-Pensot de la rue Emile Connoy.

 

 

La vaisselle comme vase à encens

Ces pots, qui comprennent, ici, des coquemars, récipients à une anse, et des oules, vases fermés sans anse, sont issus de la production de vaisselle culinaire destinée à la cuisson et à la conservation des aliments. Ces céramiques de second choix sont issues de la vaisselle domestique ou de ratés de cuisson.

Elles contiennent des dépôts charbonneux qui témoignent de leur réutilisation comme pots à encens en contexte funéraire.

Ces perforations, effectuées à l’aide d’un couteau ou d’une pointe, permettaient d’alimenter les braises nécessaires à la combustion de l’encens.

 

 

Rituel de funérailles

L’utilisation de ces vases à encens est une pratique attestée dans la région où ces pots sont placés à proximité du corps du défunt lors des funérailles. Ce rituel pouvait avoir des raisons pratiques ou symboliques : dissiper les odeurs de putréfaction du cadavre, purifier le défunt ou invoquer le divin par exemple.

Après la cérémonie funéraire ces récipients étaient placés dans la sépulture.

Le dépôt d’un ou de plusieurs pots à encens dans certaines inhumations est attestée, dans la région, entre le XIIe siècle et le début du XVIe siècle.

 

 

Pour aller plus loin…

 

#CultureChezNous

#150 ans, jour pour jour : fin de la Commune de Paris, 28 mai 1871

La Commune de Paris est réprimée dans le sang et s’achève le 28 mai 1871. Suivront la répression, la déportation ou l’exil des communard.e.s.

#150 ans, jour pour jour : début de la « Semaine Sanglante », 21 mai 1871

Le conflit s’intensifie et l’armée Versaillaise accule les défenses de la capitale. Les communards se trouvent enserrés entre les troupes de Thiers et celles de l’armée allemande. L’assaut est proche.

#150 ans, jour pour jour : destruction de la colonne Vendôme, 16 mai 1871

Dans le conflit qui a opposé la Commune de Paris au gouvernement de Versailles, le déboulonnage d’un symbole impérial par les fédérés est un événement qui a marqué les mémoires et le paysage de la capitale.

#150 ans, jour pour jour : le Traité de Francfort, 10 mai 1871

Mettant officiellement fin à la guerre franco-prussienne, les signataires de ce traité historique ont attisé la rancœur des fédérés contre le gouvernement “capitulard”.

#150 ans, jour pour jour : Création du Comité de Salut public, 1er mai 1871

Le Comité de salut public, est créé, sur une idée de Jules Miot, pour superviser les délégués de la Commune de Paris. Référence claire au gouvernement révolutionnaire de 1793, cet organe divise les élus.

#150 ans, jour pour jour : création de la Fédération des artistes, 13 avril 1871

Présidée par le peintre Gustave Courbet, des artistes engagés ont crée une Fédération pendant la Commune de Paris, pour proposer une nouvelle vision de l’art.

#150 ans, jour pour jour : création de l’Union des femmes, 11 avril 1871

Découvrez l’organisation imaginée et gérée par des communardes, à destination des citoyenn.e.s et des indigent.e.s.

#150 ans, jour pour jour : Proclamation de la Commune de Paris, le 28 mars 1871

Après l’insurrection populaire du 18 mars, qui a pris le pouvoir sur la capitale ? Découvrons l’histoire de la Commune de Paris, au jour le jour.